Backstage

Le site de conversation, de coaching
et d'information sur le recrutement

Louis
Louis

Louis

Niveau
0
Score
0

bonjour,

Permettez moi déjà de vous répondre sur la compatibilité de l'univers bancaire et celui des nouvelles technologies .
Concernant l'innovation chez BNP Paribas, je pense que le simple fait d'héberger et permettre le développement de l'Atelier BNP Paribas depuis plus de trente ans est suffisamment original et unique dans l 'environnement bancaire pour résumer la dynamique du groupe bnp paribas dans ce domaine.

1- L'industrie bancaire est une des industries qui dépendent le plus de leurs systèmes d'information.
2- Il faut de plus rappeler que l'usage des nouvelles technologies doit être au service de la stratégie des entreprises,
les grandes banques, parce qu'elles sont de grandes entreprises, ne dérogent pas à cette règle.

3 = 1 + 2 : l'univers des grandes banques n'existerait pas sans nouvelles technologies, mais chaque banque, en tant qu'entreprise, emploie les nouvelles technologies différemment, en fonction de sa stratégie, qui elle même dépend de sa taille, son marché, sa culture... et de l'évolution du monde

Ainsi chez BNP Paribas, comme dans toutes les grandes banques, l'innovation technologique dépend de plusieurs grands facteurs comme :

  • Le contexte réglementaire (la conformité est un des principaux moteurs de l'innovation dans la banque, et donc de l'évolution des systèmes d'information pour permettre à la banque de s'aligner sur la conformité.
  • le contexte de marché ou le contexte culturel : les banques françaises ont pris l'habitude d'adopter une posture "de place" pour la fourniture des solutions de paiement (monnaie, chèques, paiements électroniques, carte de paiement et maintenant paiement sans contact). Cela peut paraître long (20 ans pour installer le système cartes en France) mais pour toutes les questions d'infrastructure c'est une stratégie qui se défend (amortissement des coûts d'investissement sur des longues périodes, investissements progressifs en fonction de l'évolution des technologies etc.) par exemple, le Japon a commencé son projet nationale de paiement sans contact au début des années 2000. 10 ans plus tard, aucun chiffre significatif n'est disponible en terme de volumes de transactions annuelles.
  • le contexte concurrentiel : la concurrence entre grandes banques les obligent à une innovation technologique permanente sur leur coeur de métier, c'est à dire essentiellement :
  • gestion des risques (algorithmes et méthodes mathématiques, statistiques et systèmes di'nformations correspondants)
  • modèles financiers (performance des salles de marchés, produits financiers, )
  • modèles marketing (analyse du marché, planification etc.)
  • sécurité informatique
  • les changements sociétaux et la complexité croissance du monde
  • l'adaptation de la banque à l'Internet
  • l'adaptation de la banque aux phénomènes de société suivants : Médias sociaux, Internet mobile, e-commerce, vieillissement de la population, développement durable etc.

En esperant avoir répondu à votre question

bien à vous

louis Treussard

Réponses

Louis
Louis

Louis

Niveau
0
Score
0

bonjour,

Permettez moi déjà de vous répondre sur la compatibilité de l'univers bancaire et celui des nouvelles technologies .
Concernant l'innovation chez BNP Paribas, je pense que le simple fait d'héberger et permettre le développement de l'Atelier BNP Paribas depuis plus de trente ans est suffisamment original et unique dans l 'environnement bancaire pour résumer la dynamique du groupe bnp paribas dans ce domaine.

1- L'industrie bancaire est une des industries qui dépendent le plus de leurs systèmes d'information.
2- Il faut de plus rappeler que l'usage des nouvelles technologies doit être au service de la stratégie des entreprises,
les grandes banques, parce qu'elles sont de grandes entreprises, ne dérogent pas à cette règle.

3 = 1 + 2 : l'univers des grandes banques n'existerait pas sans nouvelles technologies, mais chaque banque, en tant qu'entreprise, emploie les nouvelles technologies différemment, en fonction de sa stratégie, qui elle même dépend de sa taille, son marché, sa culture... et de l'évolution du monde

Ainsi chez BNP Paribas, comme dans toutes les grandes banques, l'innovation technologique dépend de plusieurs grands facteurs comme :

  • Le contexte réglementaire (la conformité est un des principaux moteurs de l'innovation dans la banque, et donc de l'évolution des systèmes d'information pour permettre à la banque de s'aligner sur la conformité.
  • le contexte de marché ou le contexte culturel : les banques françaises ont pris l'habitude d'adopter une posture "de place" pour la fourniture des solutions de paiement (monnaie, chèques, paiements électroniques, carte de paiement et maintenant paiement sans contact). Cela peut paraître long (20 ans pour installer le système cartes en France) mais pour toutes les questions d'infrastructure c'est une stratégie qui se défend (amortissement des coûts d'investissement sur des longues périodes, investissements progressifs en fonction de l'évolution des technologies etc.) par exemple, le Japon a commencé son projet nationale de paiement sans contact au début des années 2000. 10 ans plus tard, aucun chiffre significatif n'est disponible en terme de volumes de transactions annuelles.
  • le contexte concurrentiel : la concurrence entre grandes banques les obligent à une innovation technologique permanente sur leur coeur de métier, c'est à dire essentiellement :
  • gestion des risques (algorithmes et méthodes mathématiques, statistiques et systèmes di'nformations correspondants)
  • modèles financiers (performance des salles de marchés, produits financiers, )
  • modèles marketing (analyse du marché, planification etc.)
  • sécurité informatique
  • les changements sociétaux et la complexité croissance du monde
  • l'adaptation de la banque à l'Internet
  • l'adaptation de la banque aux phénomènes de société suivants : Médias sociaux, Internet mobile, e-commerce, vieillissement de la population, développement durable etc.

En esperant avoir répondu à votre question

bien à vous

louis Treussard