Backstage

Le site de conversation, de coaching
et d'information sur le recrutement

Réponses

Bonjour Joël, un actuaire Gestion du Risque (Solvabilité 2) doit avoir une capacité d'analyse accrue puisque l'objet est bien de comprendre la solvabilité et non pas uniquement de la calculer (ce qu'un actuaire sait faire en appliquant des règles techniques actuarielles pré-définies). Comprendre la solvabilité veut dire maîtriser les techniques de projection des passifs et des actifs (à l'origine de la meilleure estimation des passifs) et avoir l'appétence à rentrer dans des algorithmes, qu'ils soient simples ou complexes, pour expliquer les évolutions des fonds propres, et du ratio de solvabilité de la compagnie. Travailler sur Solvabilité 2 implique aussi de produire beaucoup de chiffres (les fameux QRT, templates de reporting réglementaires) avec un maximum de rigueur (ces chiffres sont envoyés aux superviseurs français - ACPR - et européen - EIOPA -) et de compréhension puisque ces derniers sont challengés par les superviseurs ! L'actuaire Solvabilité 2 doit savoir "challenger" ses fournisseurs de données (qu'ils soient actuaires, comptables, ou contrôleurs de gestion...). La compétence communication est aussi très importante pour un actuaire Solvabilité 2 puisque cela vient d'être dit, il doit "challenger" les autres contributeurs, mais aussi communiquer sur sa compréhension et les résultats finaux obtenus auprès du Top Management de la compagnie : jongler entre technique et pédagogie est un gros challenge ! En termes de techniques actuarielles, pas de spécificité, un cerveau bien rempli de toutes les techniques apprises à l'école suffit !